Groupe Bois Energie des Monts d’Arrée

mercredi 29 octobre 2008
par  Laurent
popularité : 4%

normal'>Le Groupe Bois Energie
des Monts d’Arrée
font-family:Tahoma'>

-2.85pt;mso-list:l0 level1 lfo2;tab-stops:list 14.25pt'><span
style='font-size:11.0pt;font-family:Symbol;mso-bidi-font-family:Tahoma'>·<span
style='font:7.0pt "Times New Roman"'> 
<span
style='font-size:11.0pt;font-family:Tahoma'>Présentation du groupe
font-family:Tahoma'>

font-family:Tahoma'>Ce groupe constitué il y a 3 ans au sein de la FDCIVAM du
Finistère*, fédération d’associations œuvrant pour un développement durable
et solidaire en milieu rural, compte aujourd’hui une vingtaine de personnes,
essentiellement des agriculteurs mais aussi des ruraux, des artisans…<span
style="mso-spacerun: yes"> 
qui œuvrent 
pour la promotion et le développement d’une filière bois énergie en
Centre Finistère. L’objectif de ces agriculteurs réunis est avant tout d’<b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>entretenir et de valoriser durablement le
bocage mais aussi de gagner en autonomie
énergétique
. Au sein des exploitations agricoles du groupe, localisées
pour la plupart dans les Monts d’Arrée, le réseau bocager est particulièrement
dense : on comptabilise en effet 162 ml de haies / ha avec des parcelles
de 1,7 ha en moyenne donc de petite taille. Si le maintien du bocage présente
un intérêt en terme de production d’énergie, sa préservation répond également
et surtout à de nombreux enjeux actuels :
protection des sols et de l’eau, protection des animaux d’élevage et des cultures,
préservation de la biodiversité, maintien de paysages de qualité…

-36.0pt;mso-list:l0 level1 lfo2;tab-stops:list 14.25pt'><span
style='font-size:11.0pt;font-family:Symbol;mso-bidi-font-family:Tahoma'>·<span
style='font:7.0pt "Times New Roman"'> 
<span
style='font-size:11.0pt;font-family:Tahoma'>L’achat d’une déchiqueteuse en commun
font-family:Tahoma'>

font-family:Tahoma'>Une déchiqueteuse à
alimentation manuelle
a été achetée fin 2005 par les agriculteurs du groupe
(12 l’utilisent aujourd’hui) permettant de produire des plaquettes de bois
par le broyage des branches issues de l’entretien du bocage. Ces plaquettes
sont ensuite valorisées comme combustible pour alimenter des normal'>chaudières à bois-déchiqueté, 7 sont aujourd’hui installées et presque
autant sont en projet pour les années à venir. En parallèle de cette valorisation
pour le chauffage, plusieurs agriculteurs ont utilisé les plaquettes produites
en paillage, Bois Raméal Fragmenté,
litière animale
ou compost qui
constituent d’autres débouchés non négligeables pour le bois-déchiqueté. Sur
l’aspect production de plaquettes, la déchiqueteuse utilisée en CUMA permet
de broyer du bois jusqu’à normal'>25 cm de diamètre, l’organisation d’un chantier de déchiquetage efficace
mobilisera entre 2 et 4 personnes pour un rendement horaire de la machine
de <b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>4 à 10 m3 / h. Ce dernier facteur
sera non seulement dépendant du nombre de personnes présentes mais aussi du
diamètre des branches passées dans la machine, de la préparation du chantier
et de sa bonne organisation.

font-family:Tahoma'>Le chantier de déchiquetage mobilisera normal'>2 tracteurs et une remorque : un premier tracteur d’une puissance
au moins égale à 65 CV sera attelé
sur la déchiqueteuse et un second tracteur avec remorque servira à récupérer
les copeaux et à les transporter ensuite jusqu’à un lieu de stockage sur l’exploitation
agricole, la plupart du temps un hangar.

font-family:Tahoma'>En 2007, le coût horaire de la machine pour les adhérents
de la CUMA est de 22 € / h
contre 30 € / h en 2006, permis grâce à l’augmentation du nombre d’adhérents
et par une plus grande utilisation horaire par les agriculteurs.

font-family:Tahoma'>Le résultat du broyage des branches, les <b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>plaquettes ou copeaux, sont en fait des
morceaux de bois de quelques centimètres de long sur 1 ou 2 de large. Les
plaquettes sont différentes des granulés ou bûches reconstituées, qui résultent 
de la compression de sciure. On estime qu’il faut en moyenne 30
à 40 m3 de plaquettes sèches par an
pour couvrir les besoins
de chauffage et de production d’eau chaude d’une maison d’habitation. Cela
équivaut à la consommation de 3 000 L de fuel.

Déchiqueteuse à alimentation manuelle

-36.0pt;mso-list:l0 level1 lfo2;tab-stops:list 14.25pt'><span
style='font-size:11.0pt;font-family:Symbol;mso-bidi-font-family:Tahoma'>·<span
style='font:7.0pt "Times New Roman"'> 
<span
style='font-size:11.0pt;font-family:Tahoma'>La mise en place d’une filière locale
font-family:Tahoma'>

font-family:Tahoma'>Une étude a été réalisée en 2007 pour déterminer les volumes
mobilisables annuellement en plaquettes par les agriculteurs, en plus de le
leur autoconsommation, conduisant à volume de normal'>300 à 340 m3 pouvant être écoulés tous les ans. Compte
tenu de cette estimation et de leur souhait de développer la filière localement,
les agriculteurs du groupe savent qu’ils peuvent désormais fournir en combustible
au moins 8 maisons de particuliers.
Les agriculteurs restent également attentifs aux projets de <b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>petites et moyennes chaufferies bois qui
pourraient émaner des collectivités locales, selon les besoins.

font-family:Tahoma'>Lorsque l’on parle de filière bois-énergie, cela renvoie à
différentes étapes de la production à la commercialisation, autrement dit
du travail d’entretien des haies par les agriculteurs à la livraison d’un
particulier ou d’une collectivité. Après le déchiquetage, les plaquettes doivent
être stockées et séchées sous un hangar aéré pendant 4 à 6 mois ce qui va
leur permettre de passer d’un taux
d’humidité proche de 50 % après broyage à 25 % après séchage
. Pour
que ce séchage se réalise dans de bonnes conditions, l’hangar doit être <b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>bien aéré et dans la mesure du possible,
les plaquettes doivent être déposées sur une dalle en béton ou un sol exempt
de corps étrangers
(pierres, terre…). Dans l’optique de la mise en place
d’une filière, cette phase de stockage-séchage peut être réalisée chez l’agriculteur
ou directement chez le particulier si celui-ci dispose de la place suffisante.
Dans le cas d’une chaufferie bois de collectivité par exemple, le cas de figure
le plus souvent rencontré est la mise en place d’une plate-forme
de stockage
à proximité de la chaudière où différentes sources de plaquettes
peuvent être réunies.

Hangar de séchage pour les copaux

-36.0pt;mso-list:l0 level1 lfo2;tab-stops:list 14.25pt'><span
style='font-size:11.0pt;font-family:Symbol;mso-bidi-font-family:Tahoma'>·<span
style='font:7.0pt "Times New Roman"'> 
<span
style='font-size:11.0pt;font-family:Tahoma'>Les nombreux intérêts de la filière
Bois Energie
font-family:Tahoma'>

font-family:Tahoma'>Les intérêts de la filière bois-énergie bocagère pour le territoire
sont nombreux : en plus du maintien de paysages de qualité, cela permet
de créer ou re-créer un lien entre
agriculteurs et habitants du monde rural
, de bénéficier d’un <b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>combustible économique, dont le prix est
indépendant du contexte international. De plus celui-ci est renouvelable et
participe à la lutte contre le réchauffement
climatique
 : le CO2 émis par la combustion du bois est
compensé par le CO2 absorbé par les arbres lors de leur croissance.
Les chaudières à bois-déchiqueté sont des équipements
performants
, aux rendements de combustion élevés, très automatisés, permettant
le maintien d’une température constante dans le logement, nuit et jour. En
effet, entre le silo dans lequel seront déversées les plaquettes et la chaudière,
un système de vis sans fin permet
une alimentation continue en bois dans le foyer de la chaudière. Le « niveau
de corvée
 » qui correspond au nombre de fois où l’on va devoir recharger
son silo va être fonction de la capacité de stockage de celui-ci. Des silos
de 1 ou 2 m3 permettront d’être autonomes une semaine en pleine
saison de chauffe, à l’inverse des silos d’une capacité de 20 m3
par exemple peuvent suffire pour les besoins de tout un hiver.

font-family:Tahoma'>La filière bois-énergie illustre particulièrement bien le
concept de développement durable
avec un combustible économique, écologique et créateur d’emploi : le
bois-énergie génère 4 à 5 fois plus d’emplois que ses concurrents gaz, fioul,
charbon ou électricité.

font-family:Tahoma'>Sur l’aspect économique, s’il est vrai que les chaudières
à plaquettes sont plus chers à l’achat qu’une chaudière fuel, l’économie réalisée
sur le combustible va permettre un temps
de retour sur investissement rapide,
de seulement 4 ans.

font-family:Tahoma'>Pour les agriculteurs, le bois-déchiqueté apporte aussi plusieurs
atouts : la production de plaquettes va normal'>simplifier et diminuer le temps des chantiers de 3 à 4 fois par rapport
à la production de bois-bûche, le volume nécessaire pour chauffer une maison
va être produit en quelques jours seulement,
le temps séchage n’est plus de quelques mois (2 à 5 fois moins long que pour
du bois-bûche). Le déchiquetage permet de normal'>valoriser l’ensemble du bois de la haie et mêmes les rémanents et
petits branchages, habituellement poussés ou brûlés dans un coin de la parcelle.

font-family:Tahoma'>Au sein du Groupe Bois Energie, des calculs de coûts de production
ont été réalisés pour déterminer un prix de vente de ces plaquettes. Si les
résultats restent à affiner, on arrive à une fourchette variant entre <b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>90 et 130 € / T sèche soit 22 à 32 € ramené
au m3. Les copeaux produits par la déchiqueteuse sont de <b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>très bonne qualité, réguliers, de taille
homogène, avec très peu de « queues de déchiquetage », convenant
particulièrement bien aux chaudières individuelles, assez exigeantes sur la
qualité du combustible utilisé.

Chaudière à bois-déchiqueté alimentée par une vis sans fin

-36.0pt;mso-list:l0 level1 lfo2;tab-stops:list 14.25pt'> <span
style='font-size:11.0pt;font-family:Symbol;mso-bidi-font-family:Tahoma'>·<span
style='font:7.0pt "Times New Roman"'> <span
style='font-size:11.0pt;font-family:Tahoma'>Les activités du groupe font-family:Tahoma'>

font-family:Tahoma'>Le Groupe Bois Energie des Monts d’Arrée organise régulièrement
des réunions d’information et d’échanges
sur la production de bois-déchiqueté, les chaudières bois, le fonctionnement
de la filière… à destination des agriculteurs, particuliers, élus, artisans…

font-family:Tahoma'>Nous proposons également des normal'>journées de formation sur des thématiques variées, pour les agriculteurs
principalement : BRF, entretien des haies et talus…

font-family:Tahoma'>De même, nous pouvons organiser des normal'>démonstrations de chantiers de déchiquetage, des <b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>visites d’installations de chaudières
à plaquettes… selon les demandes exprimées.

font-family:Tahoma'>La FDCIVAM peut également diffuser les contacts d’agriculteurs
proposant des plaquettes de bois à
la vente
, pour les particuliers.

font-family:Tahoma'>N’hésitez pas à nous contacter : Groupe Bois Energie
des Monts d’Arrée – FDCIVAM 29 – 4, rue Saint-Michel 29190 BRASPARTS – tel :
02 98 81 43 94 et fdcivam29@wanadoo.fr.
normal'>

normal'>* Fédération d’associations
œuvrant pour un développement durable et solidaire en milieu rural, nous appartenons
au réseau national CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture
et le Milieu rural). Sur le Finistère, nos principaux pôles de compétences
sont l’accueil (touristique, pédagogique, familial et social), les productions
fermières et les systèmes locaux de commercialisation, les énergies renouvelables,
les techniques de l’agriculture durable, l’installation agricole et la création
d’activité. Pour en savoir plus : http://www.civam-bretagne.org.


Portfolio

Déchiqueteuse à alimentation manuelle Hangar de séchage pour les copaux Chaudière à bois-déchiqueté alimentée par une vis (...)

Commentaires

mardi 6 avril 2010 à 16h00

bonjour,
un commentaire un peu en retard mais je serais curieux de connaitre le calcul qui arrive a déterminer un retour sur investissement de 4 ans.
merci

Brèves

Air intérieur

mardi 26 juillet 2016

Les meilleurs humidificateurs d’air car l’air dans les maisons écologiques est parfois trop sec, surtout l’été. En effet, dans certaines maisons en panneaux massifs l’hygrométrie descent parfois en dessous de 50%.